Séren           bjectif Santé

MA  SANTÉ, j’y tiens,

MA SANTÉ, j’en prends soin !!

Accès privés

Mise à jour Mars 2013

Les graisses »(poly)insaturées » sont très intéressantes pour l’organisme : elles servent entre autres à la fabrication d’une membrane cellulaire de qualité, dotée d’une certaine élasticité, qui permet donc un bon échange d’informations entre les cellules. Ces propriétés sont d’autant plus intéressantes au niveau des cellules nerveuses.


Les acides gras oméga 3,6 et 9 jouent un rôle non négligeable dans le bon fonctionnement de l’organisme. Ils ont des propriétés anti-inflammatoires, anti-agrégantes, immunostimmulantes, , hypocholestérolémiantes, anti-allergiques…


Les oméga 9 peuvent être apportés par l’huile d’olive.

Les oméga 3 et les oméga 6, que l’organisme ne sait fabriquer qu’en petites quantités, peuvent être apportés par l’huile de noix, l’huile de colza et les poissons gras (saumon, thon, maquereau, anchois, sardine…).


Pour toutes ces raisons, l’apport alimentaire régulier est indispensable : ces graisses « (poly)insaturées » doivent représenter les 2/3 de nos apports lipidiques journaliers.


Les fruits oléagineux natures (avocat, noix, noisettes, pistaches…) et les graines (lin, sésame, courge…) sont aussi des aliments très intéressants pour la qualité de leurs lipides.

Les graisses « saturées » sont solides à température ambiante; on trouve donc principalement :

- le beurre, la crème

- les fromages (+/-)

- la viande (+/-)

- la charcuterie (pâté, rillette, jambon cru, saucisson, mais aussi saucisses…)

- l’huile de palme (= huile « végétale » dans les produits industriels).


Ces lipides se lient à d’autres déchets et forment des plaques d’athérome qui viennent progressivement boucher nos vaisseaux sanguins.


L’organisme synthétise 70% du cholestérol sanguin.


Si l’alimentation :

- apporte trop de graisses « saturées », c’est-à dire plus d’1/3 des lipides,

- les apporte essentiellement en 2ème partie de journée,

le taux de cholestérol aura tendance à être élevé, favorisant la rigidification et l’obstruction des artères : le risque cardiovasculaire est alors augmenté.


Il est recommandé d’en limiter la consommation après le déjeuner (notamment au dîner).


NB Attention : elles n’ont pas besoin d’être visibles pour être présentes (feuilletés, gâteaux, produits industriels, quiche….)


Mais, il FAUT en apporter un minimum (1/3 de nos apports lipidiques quotidiens), et notamment :

- Le beurre est un aliment très intéressant, consommé cru (sur les tartines du matin) pour sa teneur en vitamine A.

- Les fromages sont une source de calcium non négligeable.

La viande apporte des protéines.

« BONNES »  graisses

Les LIPIDES (« graisses ») sont non seulement une source d’énergie (stockée) pour notre organisme, mais aussi un constituant essentiel de nos cellules : la membrane cellulaire est constituée de phospholipides.

Notre tissu adipeux, en plus d’être une réserve, a aussi un rôle de protection thermique et mécanique : la couche sous-cutanée protège nos organes vitaux.


Les lipides sont donc indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Il est donc important de NE PAS LES BANNIR de notre alimentation. En effet, nous devons apporter quotidiennement 35-40% de lipides… mais pas n’importe lesquels :

Seulement 1/3 de lipides «saturés » et 2/3 de lipides« instaurés.


NB : Si la balance énergétique n’est ^pas respectée, les risque d’hypercholestérolémie est augmenté,

- soit par un apport excessif de graissses « saturées »

- soit par un mécanisme d’adapation physiologique qui pousse l’organisme à fabriquer plus de cholestérol, en cas de réduction massive de l’apport alimentaire en lipides.

Associés au  RISQUE CARDIOVASCULAIRE