Séren           bjectif Santé

MA  SANTÉ, j’y tiens,

MA SANTÉ, j’en prends soin !!

Accès privés

Mise à jour juillet 2012

- les nourrissons et les enfants, dont le système immunitaire n’est pas mâture.


 - les personnes de plus de 60 ans, dont l’organisme est vieillissant : elles sont de moins en moins sensibles aux signaux ; leur système immunitaire est moins performant ; leur rapidité d’action est ralentie.


 - les personnes immunodéprimées... ou souffrant de pathologies chroniques. La prise de certains médicaments masque, aggrave ou déclenche certains effets.


 - les personnes souffrant de troubles mentaux.


- les personnes sous l’emprise de substances toxiques (alcool, drogues) ou de médicaments. La possibilité de s’exprimer ou d’agir est modifiée.


-  les personnes souffrant de malnutrition (dénutrition ou obésité).


Il est impératif de consulter si :


- une manifestation a un caractère anormal (dans son intensité, dans sa durée...)


Ou


- la personne est fragile : nourrisson (moins de 30 mois), personne âgée ou immunodéprimée, ou souffrant de troubles mentaux.


Ou   

- aggravation.

Pour fonctionner de manière optimale, notre organisme a des besoins spécifiques (ex : nutriments, température...). Mais, notre environnement, notre mode de vie, n'y répondent pas toujours  parfaitement.

Heureusement, notre merveilleuse "machine" possède de nombreux systèmes permettant  de s'adapter; des signaux sont envoyés.


Cependant cette possibilité d’adaptation a des limites. Ainsi, lorsque les changements sont trop intenses et/ou durent trop longtemps, ces systèmes de régulations sont dépassés, et des signes d'alerte doivent faire réagir au plus vite, afin d'éviter des conséquences parfois dramatiques.


Mieux vaut ne pas attendre de recevoir les signes d’alerte :

"MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR"

Il s'agit d'un système de défense que possède l'organisme pour résister aux agressions. Il se comporte comme une véritable « armée » : les agents mobilisés diffèrent en fonction de l'ennemi (virus, bactérie...); ils ont besoin d'être entraînés pour être le plus efficace possible.

Mais, malgré la bonne organisation, il n'est malheureusement pas infaillible; les troupes actives peuvent :

- être en sous effectifs on parle d'immunodépression. Elle peut résulter d'une sollicitation trop importante du système immunitaire.

- être confrontées à des ennemis trop vigoureux ou trop malicieux : dans ces cas-là, la victoire (guérison) n'est donc pas assurée...

- se tromper et prendre des amis pour des ennemis : c'est le cas des maladies auto-immunes.

- déployer des défenses surdimensionnées, comme dans les ALLERGIES.


L'apparition de symptômes est la partie visible de l'agression, à laquelle le système immunitaire répond. Ceux-ci sont plus ou moins gênants, mais correspondent à une réponse de l'organisme, qu'il faut savoir interpréter.

Votre médecin ne vous prescrira donc pas forcément de médicament pour une pathologie saisonnière (ex :"les antibiotiques, c'est pas automatique!").

Souvent, il s'agit de virus que l'organisme sait très bien anéantir, à condition de permettre aux troupes de s'organiser. Il n'est pas nécessaire de l'assister en permanence avec des substances médicamenteuses, qui ne lui rende pas forcément service; en effet :

- elles peuvent être responsables d'autres symptômes, non recherchés (effets indésirables ou secondaires)

- l'organisme peut s'habituer à être constamment "assisté", et aura donc plus de mal à se défendre par lui-même.


EXEMPLES:

La fièvre est un moyen de défense : les organismes étrangers résistent  plus mal à une élévation de température; ils sont affaiblis. Les antipyrétiques (médicaments contre la fièvre), tel que le paracétamol,  doivent être administrés uniquement si la fièvre dépasse 38.5°C.

Au-dessus, il faut surveiller et donner un médicament permettant de limiter les complications (ex : convulsions chez les personnes à risque, dont les nourrissons)

En-dessous, il faut la respecter, et laisser l'organisme se défendre, seul.

La toux est elle aussi un  moyen de défense : elle est nécessaire pour évacuer un corps étranger (aliment, mucus...) : il convient de la traiter, uniquement si elle est gênante, ou persistante (une toux de plus de trois semaines n'est pas normale).

En cas de pathologies virales, de simples règles hygiéno-diététiques peuvent être suffisantes; il faut pouvoir laisser à l'organisme le temps de se défendre (environ 48 heures).